EGLISE NOTRE DAME DES VICTOIRES - BIBLIOGRAPHIE

Après des études secondaires au Lycée de Bastia, Louis de Casabianca entre à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et devient, en 1934, architecte diplômé par le gouvernement en obtenant la mention très bien. Trois ans plus tard, en 1937, il reçoit « la Médaille d’or » pour son projet de « Pavillon de la Corse » à l’Exposition internationale de Paris. Attentif aux techniques de construction les plus modernes, dans l’esprit rationaliste des années trente, il travaille alors pour les services de la ville de Paris. De retour en Corse à l’époque de la guerre, il décide de s’installer définitivement sur l’île.

 

De 1941 à 1950, il est chargé de plusieurs missions en Corse par différents ministères. Pour le ministère de l’Education nationale, il cumule les fonctions d’architecte-conseiller technique, d’architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux et, à titre temporaire, d’architecte des Monuments historiques. Dans ce cadre, il est notamment amené à diriger l’étude d’un projet d’école-type pour le département de la Corse, à mener la reconstruction du palais de justice de Bastia, à concevoir le lycée et le musée ethnographique ou à réaliser une importante enquête sur l’architecture traditionnelle insulaire, qui enrichissait le fonds de l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires.

 

Après la libération de la Corse, il dirige, pour le compte du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, la commission d’enquête relative aux immeubles sinistrés, et prend toutes les décisions relatives à l’urbanisme. Il est également désigné comme  urbaniste chargé de dresser le plan d’aménagement de la ville de Bastia. Enfin, de 1947 à 1950, il est nommé architecte en chef de la Reconstruction pour le département de la Corse.

 

A partir de 1950, il exerce en tant qu’architecte libéral, associé à Louis Cypriani, et réalise de nombreux projets sur l’ensemble du territoire de la Corse. De 1953 à 1958, il est notamment architecte-chef de groupe, pour la construction d’immeubles collectifs à Bastia. Il est également chargé du plan d’urbanisme de la lagune de Biguglia pour le compte de l’association syndicale de reconstruction et collabore avec Fernand Pouillon pour la reconstruction du vieux port de Bastia.

 

Il est  nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1961 et continue à mener son activité d’architecte en parallèle avec une activité de peintre.

Louis de Casabianca

CAUE de la Haute-Corse - 04.95.31.80.90

EGLISE NOTRE-DAME DES VICTOIRES - PRÉSENTATION
Louis de Casabianca

Après des études secondaires au Lycée de Bastia, Louis de Casabianca entre à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et devient, en 1934, architecte diplômé par le gouvernement en obtenant la mention très bien. Trois ans plus tard, en 1937, il reçoit « la Médaille d’or » pour son projet de « Pavillon de la Corse » à l’Exposition internationale de Paris. Attentif aux techniques de construction les plus modernes, dans l’esprit rationaliste des années trente, il travaille alors pour les services de la ville de Paris. De retour en Corse à l’époque de la guerre, il décide de s’installer définitivement sur l’île.

 

De 1941 à 1950, il est chargé de plusieurs missions en Corse par différents ministères. Pour le ministère de l’Education nationale, il cumule les fonctions d’architecte-conseiller technique, d’architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux et, à titre temporaire, d’architecte des Monuments historiques. Dans ce cadre, il est notamment amené à diriger l’étude d’un projet d’école-type pour le département de la Corse, à mener la reconstruction du palais de justice de Bastia, à concevoir le lycée et le musée ethnographique ou à réaliser une importante enquête sur l’architecture traditionnelle insulaire, qui enrichissait le fonds de l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires.

 

Après la libération de la Corse, il dirige, pour le compte du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, la commission d’enquête relative aux immeubles sinistrés, et prend toutes les décisions relatives à l’urbanisme. Il est également désigné comme  urbaniste chargé de dresser le plan d’aménagement de la ville de Bastia. Enfin, de 1947 à 1950, il est nommé architecte en chef de la Reconstruction pour le département de la Corse.

 

A partir de 1950, il exerce en tant qu’architecte libéral, associé à Louis Cypriani, et réalise de nombreux projets sur l’ensemble du territoire de la Corse. De 1953 à 1958, il est notamment architecte-chef de groupe, pour la construction d’immeubles collectifs à Bastia. Il est également chargé du plan d’urbanisme de la lagune de Biguglia pour le compte de l’association syndicale de reconstruction et collabore avec Fernand Pouillon pour la reconstruction du vieux port de Bastia.

 

Il est  nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1961 et continue à mener son activité d’architecte en parallèle avec une activité de peintre.

EGLISE NOTRE-DAME DES VICTOIRES - PRÉSENTATION Louis de Casabianca

Après des études secondaires au Lycée de Bastia, Louis de Casabianca entre à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et devient, en 1934, architecte diplômé par le gouvernement en obtenant la mention très bien. Trois ans plus tard, en 1937, il reçoit « la Médaille d’or » pour son projet de « Pavillon de la Corse » à l’Exposition internationale de Paris. Attentif aux techniques de construction les plus modernes, dans l’esprit rationaliste des années trente, il travaille alors pour les services de la ville de Paris. De retour en Corse à l’époque de la guerre, il décide de s’installer définitivement sur l’île.

 

De 1941 à 1950, il est chargé de plusieurs missions en Corse par différents ministères. Pour le ministère de l’Education nationale, il cumule les fonctions d’architecte-conseiller technique, d’architecte en chef des Bâtiments civils et Palais nationaux et, à titre temporaire, d’architecte des Monuments historiques. Dans ce cadre, il est notamment amené à diriger l’étude d’un projet d’école-type pour le département de la Corse, à mener la reconstruction du palais de justice de Bastia, à concevoir le lycée et le musée ethnographique ou à réaliser une importante enquête sur l’architecture traditionnelle insulaire, qui enrichissait le fonds de l’ancien musée national des Arts et Traditions populaires.

 

Après la libération de la Corse, il dirige, pour le compte du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, la commission d’enquête relative aux immeubles sinistrés, et prend toutes les décisions relatives à l’urbanisme. Il est également désigné comme  urbaniste chargé de dresser le plan d’aménagement de la ville de Bastia. Enfin, de 1947 à 1950, il est nommé architecte en chef de la Reconstruction pour le département de la Corse.

 

A partir de 1950, il exerce en tant qu’architecte libéral, associé à Louis Cypriani, et réalise de nombreux projets sur l’ensemble du territoire de la Corse. De 1953 à 1958, il est notamment architecte-chef de groupe, pour la construction d’immeubles collectifs à Bastia. Il est également chargé du plan d’urbanisme de la lagune de Biguglia pour le compte de l’association syndicale de reconstruction et collabore avec Fernand Pouillon pour la reconstruction du vieux port de Bastia.

 

Il est  nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1961 et continue à mener son activité d’architecte en parallèle avec une activité de peintre.